Champions League – Soirée de gala au Palais

Publié le

L’année ne pouvait pas mieux terminer à Mulhouse avec la démonstration du Vakifbank Istanbul et une courageuse ASPTTM qui a tenté de rivaliser avec la meilleure équipe au monde du moment. Même si Noël est tout proche, les Turques n’ont pas fait de cadeaux !

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Le Vakifbank Istanbul a fait honneur à son titre de champion du monde des clubs en s’imposant logiquement à Mulhouse à l’occasion de la 3e journée de la Ligue des champions. Mais pour parvenir à ses fins, Giovanni Guidetti, le coach italien des Stambouliotes a sollicité son meilleur six de base durant les trois sets. Ce qui constitue le plus beau compliment qu’il pouvait faire à l’attention de l’équipe mulhousienne. « Mulhouse a joué beaucoup mieux que ce que j’avais pu voir en vidéo et ça n’a pas été facile, a avoué ce dernier à l’issue du match. Du coup, cela a donné un très beau match, le public a dû apprécier le spectacle ».

Bien emmenées par Isabelle Haak, Gaby Guimaraes et Michelle Bartsch-Hackley, auteurs de 19 points sur les 24 marqués par Istanbul au 1er set, les Turques ont imposé d’entrée leur force de frappe mais sans parvenir à se défaire des Mulhousiennes. A l’image des treize égalités au score qui se sont succédées dans le 1er set entre 1-1 et 14-14, l’ASPTTM s’est battue avec courage pour soutenir la comparaison avec son illustre adversaire. Néanmoins, la loi du plus fort est toujours la meilleure. Il a ainsi suffi qu’Istanbul hausse son niveau dans tous les compartiments du jeu pour que la hiérarchie soit respectée (14-16, 16-20, 19-25) avec trois aces d’Isabelle Haak pour conclure (19-25).

Sur l’ensemble du match, Mulhouse n’a mené qu’à six occasions (9-8, 10-9, 11-10 au 1er set et 1-0, 5-4, 6-5 au 2e set) mais sans jamais dépasser le point d’écart. « Que ce soit en attaque, en défense ou au contre, on est un peu plus fort que Mulhouse, a commenté Giovanni Guidetti. Ce qui explique qu’on a toujours su faire la différence ».

Au 2e set, toujours orchestrée par Megan Viggars à la passe, l’ASPTT Mulhouse s’est accroché en revenant au score (de 6-10 à 15-16 au 2e set) sous l’impulsion d’Anna Haak, Silke Van Avermaet et de Kim Drewniok. Mais les stars de la soirée étaient sans conteste stambouliotes à l’image de Gaby Guimaraes littéralement époustouflante par son aisance et ses envolées au filet (19-25). Poussée dans ses derniers retranchements à l’entame du 3e set (1-5, 2-8, 4-11), l’ASPTTM a été en souffrance à ce moment du match. Le retour de Pia Kästner, à la passe, a alors donné un nouvel élan aux joueuses de François Salvagni qui se sont fait un plaisir de retarder l’échéance (10-18, 14-18) avec Ivana Vanjak, Silke Van Avermaet et Anna Haak à la conclusion. Le rêve s’est néanmoins arrêté à 17-21 avant le coup de grâce d’Isabelle Haak sacrée MVP de la rencontre (17-25).

 « Je suis très content d’avoir retrouvé mon équipe, a confié François Salvagni à l’issue de la rencontre. Nous avons joué sans la tête les deux derniers matches (à Evreux et à Béziers) et, là, notre attitude a été totalement différente. J’ai vu beaucoup de volonté de la part des joueuses. Je n’ai qu’un regret. Si nous avions pu défendre deux ou trois balles de plus dans les deux premiers sets, je pense que nous avions l’opportunité d’aller chercher un set ».

Place désormais aux fêtes de Noël en attendant la reprise des entraînements le 28 décembre et le premier match de l’année 2022, le 4 janvier à 20h, face à Marcq-en-Baroeul.

ASPTT MULHOUSE : 0
VAKIFBANK ISTANBUL : 3

Les sets : 19-25 (23′), 19-25 (25′), 17-25 (22′). Temps total de jeu : 1h10. Arbitrage de MM. S. Kurtiss et A. Mylonakis. 2851 spectateurs. Palais des Sports Gilbert Buttazzoni.

ASPTTM : 32 attaques gagnantes sur 84 (31 %).
Haak (8/19), Coneo (8/24), Van Avermaet (5/10), Drewniok (5/13), Vanjak (4/6), Olinga Andela (1/7), Kästner (1/2), Viggars (0/1). 1 service gagnant (Viggars). 5 blocks (Van Avermaet 3, Viggars 1, Lamprousi 1). 12 fautes directes dont 7 au service. Six de base : Viggars (puis Kästner), Coneo Cardona, Haak, Drewniok (puis Vanjak), Van Avermaet, Olinga Andela (puis Lamprousi). Libéros : Soldner et Jaegy. Coach : François Salvagni.

Istanbul : 44 attaques gagnantes sur 82 (54 %). Haak (16/28), Guimāres (12/16), Bartsch-Hackley (8/18), Güneş (4/8), Ogbogu (3/11), Boz (1/1). 7 services gagnants (Haak 3, Bartsch-Hackley 2, Guimāres 1, Özbay 1). 13 blocks (Güneş 5, Guimāres 3, Haak 3, Ogbogu 2). 16

fautes directes dont 10 au service. Six de base : Özbay (puis Gülübay), Guimāres, Bartsch-Hackley, Haak, Güneş, Ogbogu (puis Boz). Libéro : Aykaç. Coach : Giovanni Guidetti.

Christian Entz