Isabelle Haeberlin : « Les femmes sont plus solidaires entre elles que les hommes »

Publié le

Le parcours d’Isabelle Haeberlin n’est pas linéaire. « J’ai fait des études de STAPS – pour être professeur de sport – que j’ai interrompues à l’issue du DEUG, explique cette dernière. Je me suis mariée, j’ai eu deux enfants et j’ai travaillé dans la décoration avec mon mari. Je me suis séparée et il m’a fallu trouver du travail. J’ai eu la chance de pouvoir faire un bilan de compétence à l’issue duquel j’ai décidé de reprendre des études pour être professeur des écoles ».

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

–        Qu’est-ce que le sport féminin représente pour vous ?

Pour moi le sport féminin représente un moyen d’être bien dans son corps et dans sa tête.

–        Comment avez-vous fait votre place en tant que femme ?

Je n’ai pas le sentiment d’avoir dû faire ma place en tant que femme mais de me faire une place tout court.

–        Quel conseil pourriez-vous donner aux femmes qui n’osent pas se lancer ?

De faire un bilan de compétence ou de se faire accompagner pour trouver la force d’avancer.

–        Citez un mot qui vous représente en tant que femme dirigeante ou à poste à responsabilité :

Pugnace

–        Qu’est-ce qui vous a donné envie d’entreprendre / de devenir manager ?

Je n’ai jamais eu de sentiment de vouloir être manager. J’avais envie de réaliser des projets, le reste est venu de fil en aiguille, je n’ai pas l’impression d’être une dirigeante.

–        Quel est votre endroit préféré à Mulhouse ?

Mon endroit préféré à Mulhouse est sous notre figuier, aux beaux jours, au jardin de l’avenue Kennedy.

–        Une anecdote amusante de votre vie professionnelle :

La première prestation que nous avons réalisée avec Epices était un repas assis pour 200 personnes. Les mamans de mon école maternelle étaient en cuisine et des jeunes de SEGPA au service. Bien sûr nous avons eu un peu d’aide de professionnels mais, néanmoins, le défi était énorme. En rentrant épuisées, les mamans ont dit que c’était la plus belle journée de leur vie. C’est comme cela que j’ai commencé à réaliser des prestations.

–        Qu’est-ce qui vous motive dans votre métier ?

Ce qui me motive, c’est de relier les gens, me sentir utile et faire des choses que j’aime et qui ont du sens, comme accompagner les femmes vers plus d’autonomie ou vers l’emploi si c’est leur souhait.

–        Que pensez-vous de la place de la femme dans la société ?

Je pense qu’une femme peut se faire une place si elle le souhaite.

–        Quelles sont vos plus belles réussites en tant que femme ?

Les plus belles réussites sont vis-à vis de moi-même et pas des autres.

–        Qu’est-ce que la journée des droits des femmes vous inspire ?

Cette journée m’inspire le fait que nous avons la chance de vivre dans un pays de libertés.

–        A votre avis, la solidarité féminine est-elle suffisamment exprimée dans notre société  ?

Je pense que les femmes sont plus solidaires entre elles que les hommes.

–        Est-il plus aisé, aujourd’hui, d’imposer son genre à l’heure des décisions que par le passé ?

Il y a des hommes dans mon équipe, mais j’aime beaucoup travailler avec des femmes.

–        A vos yeux, quels sont les trois sports qui se conjuguent le mieux au féminin ?

Ayant fait de l’athlétisme, j’aime toujours regarder les épreuves de vitesse et les courses de haies, l’escrime est aussi un beau sport. Je ne pense pas qu’être une femme pose un problème dans le sport.