ASPTTM-Cannes : la bonne série est mulhousienne

Publié le

Comme en 2017, l’année du premier sacre mulhousien, l’ASPTTM affronte Cannes en demi-finale des play-offs. Match aller ce mercredi à 20h au Palais des sports Gilbert Buttazzoni, match retour dimanche prochain à Cannes et,éventuellement, match d’appui mercredi 27 à Mulhouse.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Le palmarès du RC Cannes, riche de ses 21 titres de champion de France féminin, n’accorde que peu d’intérêt à la vitrine mulhousienne où seuls deux trophées de championne de France (2017 et 2021) reflètent la persévérance alsacienne à vouloir bousculer une hiérarchie trop longtemps établie à grand renfort de moyens.

Depuis 7 ans, la donne a changé. Saint-Raphaël (2016), l’ASPTT Mulhouse (2017) et Béziers (2018) ont mis un terme à l’hégémonie cannoise. Mais, Cannes est toujours-là… Sur les quatre dernières finales disputées avec des play-offs, Cannes en a joué trois et remporté la dernière, en 2019, aux dépens de Nantes.

En 2020, le championnat avait été arrêté avant son terme, en raison de la crise sanitaire due au Covid, et en 2021 la formule de compétition se limitait à un championnat sans play-offs. Ce qui avait souri aux Mulhousiennes dont la régularité s’était traduite par la première place, sans couronne en 2020, et le titre en 2021 avec 14 points d’avance sur le dauphin, Béziers.

Le retour aux play-offs a donc pour effet de rééquilibrer les données initiales qui, aujourd’hui, semblent à l’avantage de l’ASPTT Mulhouse à l’image des 9 succès consécutifs dont les Mulhousiennes peuvent se vanter aux dépens des Cannoises (voir ci-dessous). Outre le glorieux passé cannois et le parcours souvent réussi en play-offs des Cannoises, François Salvagni est le premier à se débarrasser du statut de favori : « Dès le début de saison, j’ai avoué que Cannes avait le meilleur effectif sur le papier, avec celui du Cannet, et je le maintiens encore… Cannes, c’est très très fort ! »

Très fort, c’est ce que Cannes a confirmé lors des quarts de finale de la semaine dernière en éliminant Aix/Venelles, tête de série n°3, avec deux victoires sans appel (3-1 et 3-1).Pourtant, les Provençales étaient sur une belle lancée avec 11 victoires lors de la phase retour. Mais, Cannes a usé de la boite à claques avec 16 et 11 contres gagnants sur les deux matches dont une douzaine pour la seule Claire Davis Felix. Dans le même temps, l’ASPTT Mulhouse a été intraitable face à Saint-Raphaël en s’imposant deux fois 3-0 avec de grosses performances individuelles. Notamment pour Silke Van Avermaet (18pts dont 5 blocks gagnants) et Léandra Olinga Andela (10/12 en attaque et 83 % d’efficacité offensive) au match aller et, au match retour, Amanda Conéo (16pts et 64 % de réussite offensive), Kimberly Drewniok (15pts et 54 % d’efficacité offensive) et les bonnes rentrées de Georgia Lamprousi (4/4 en attaque) et Yossiana Pressley (6/4 en attaque).

Autant dire que de part et d’autre, Cannoises et Mulhousiennes, sont au top pour un match qui s’annonce plus explosif que jamais !

Article signé Christian Entz