ASPTTM : le meilleur est forcément à venir

Publié le

Les volleyeuses mulhousiennes ont fait le job face à Vandoeuvre-Nancy (3-1), mardi dernier, en remportant leur 20e victoire de la saison en championnat. La manière n’a pas été très convaincante… Ce qui a l’avantage d’augurer une réaction d’orgueil, ce samedi (à 20h) au Palais des Sports Gilbert Buttazzoni, face à l’équipe de France Espoirs.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Comme récemment face à Evreux, l’ASPTT Mulhouse a alterné le meilleur et le pire pour venir à bout de Vandoeuvre-Nancy en accusant, notamment, 26 fautes directes dont 11 dans le seul 3e set perdu (19-25). Tout avait pourtant bien commencé pour les Mulhousiennes dans une 1re manche totalement maîtrisée (25-16) et marquée par une séquence de sept points consécutifs (de 7-5 à 14-5) avec Amanda Conéo au service. La suite a été un peu plus compliquée… Entre les deux manches, Radoslav Arzov avait changé son fusil d’épaule et de passeuse en sollicitant sa compatriote bulgare, Polina Neykova, à la place de l’Américaine Nicole Edelman. La puissante Canadienne, Shaina Joseph, ripait sur le poste d’attaquante-réceptionneuse de Diana Frankevych et la Slovène Nika Markovich entrait en pointe. Une bonne solution qui permettait à Vandoeuvre-Nancy de soutenir la comparaison avec l’ASPTTM et de mener pour la première fois à 14-15 avant de causer quelques frayeurs à 20-22. Au pire moment, les Lorraines devaient néanmoins accuser un déchet fatal (24-22) avant de réagir (24-24) et de céder sur une attaque d’Amanda Conéo (25-24) et un service gagnant de Silke Van Avermaet (26-24). Une fois de plus, Mulhouse s’en sortait bien ! Mais sans parvenir à maintenir la pression... Bien au contraire ! C’est l’accumulation de fautes directes locales (11 dans cette 3e manche) qui allait permettre à Vandoeuvre-Nancy de retarder l’échéance (19-25) avant un 4e set, marqué par une bonne entrée en jeu de Léandra Andela Olinga, plus en rapport avec les ambitions mulhousiennes (25-17). La manière affichée en cette soirée n’avait pas de quoi réjouir… En revanche, le fait que Le Cannet ait été poussé au tie-break à Aix/Venelles, ce même mardi, compensait quelque peu le bilan de la soirée.

Samedi prochain, l’ASPTT Mulhouse accueillera la sélection France Avenir 2024 à l’occasion de l’avant-dernière journée de championnat. Composé de jeunes Espoirs du volley français, potentiellement susceptibles d’intégrer la sélection nationale aux Jeux Olympiques de 2024 à Paris, le centre national ferme la marche en Ligue A féminine. Le bilan des jeunes Françaises n’en reste pas moins flatteur pour une formation sans renfort étranger et dépourvue d’expérience. France Avenir peut se vanter d’avoir accroché Vandoeuvre-Nancy (3-2) à son tableau de chasse, d’avoir poussé Terville et Chamalières dans leurs derniers retranchements (2-3 et 2-3) et pris un set à Nantes, Saint-Raphaël, Evreux, Paris, Aix-Venelles et à l’ASPTT Mulhouse. Outre l’intérêt que pourront susciter Leïa Ratahiry et la passeuse Emilie Respaut, la fille de l’ex-internationale Violène Scalabre, le regard du public mulhousien sera tourné vers la libéro Julia Casadéi. Julia Casadéi, fille de Sophie Voegtlin (la passeuse de l’ASPTTM des années 90) a fait ses gammes au Baby-Volley à Kingersheim et avec les poussines de l’ASE Rixheim, avant de goûter à son premier titre national avec les M13 deRixheim, et d’enchaîner : vice-championne de France M15 avec l’ASPTT Mulhouse puis championne de France M15, l’année suivante, à nouveau sous les couleurs rixheimoises.

Un soir de décembre 2020 face à Béziers, jeune pensionnaire du centre de formation mulhousien, Julia Casadéi avait figuré pour la première fois sur la feuille de match chez les pros à 16 ans. Un baptême qui aurait mérité une ovation au Palais mais qui était désespérément vide en raison du huis-clos imposé par la crise du Covid. Nul doute que samedi prochain permettra de réparer cette erreur dans un Palais des sports annoncé à guichets fermés.

Article signé Christian Entz

ASPTT MULHOUSE  : 3
VANDOEUVRE NANCY : 1
Les sets : 25-16 (21′), 26-24 (36′), 19-25 (32′), 25-17 (23′). Temps total de jeu : 1h52. Palais des Sports Gilbert Buttazzoni. 1667 spectateurs. Arbitrage de MM. Atif Haboulet David Litzler.
ASPTTM : 57 attaques gagnantes sur 137 (42 %). Drewniok(17/40), Coneo (14/33), Haak (13/30), Lamprousi (5/), Van Avermaet (3/13), Olinga Andela (1/2), Pressley (2/6), Kästner(2/5). 10 services gagnants (Coneo 5, Van Avermaet 2, Drewniok 1, Lamprousi 1, Haak 1). 6 blocks (Olinga Andela3, Kästner 1, Haak 1, Lamprousi 1). 26 fautes directes dont 9 au service. Six de base : Kästner (puis Viggars), ConeoCardona (puis Pressley), Haak (puis Jaegy), Drewniok, Lamprousi (puis Olinga Andela), Van Avermaet. Libéro : Soldner. Entraîneur : F. Salvagni.
VNVB : 44 attaques gagnantes sur 120 (37 %). Joseph (14/32), Emmel Roxo (10/30), Markovic (9/28), Hoeft (7/12), Sipiç(2/7), Neykova (2/6), Edelman (0/1), Thater (0/1). 4 services gagnants (Neykova 1, Markovic 1, Joseph 1, Hoeft 1). 7 blocks (Markovic 2, Sipiç 2, Neykova 1, Joseph 1). 19 fautes directes dont 8 au service. Six de base : Edelman (puis Neykova), Frankevych (puis Markovic), Emmel Roxo, Joseph, Hoeft, Sipiç (puis Thater). Libéros : Biemel et Betz. Entraîneur : R. Arsov.