La médaille avant le final four

Publié le

La médaille avant le final four

L’ASPTT Mulhouse tire le rideau sur sa saison de championnat en Ligue A féminine, en accueillant Istres, ce mercredi à 19h au Palais des sports Gilbert Buttazzoni.Toujours frappé par le Covid, le championnat se terminera ce mercredi sans arriver à son terme. La seule certitude concerne le sacre des Mulhousiennes qui sera officialisé, à grand renfort de trophées et médailles, ce mercredi soir.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Le Covid aura pourri nos vies et le championnat jusqu’au bout. Après un dernier week-end marqué par deux matches remis (Marcq en Baroeul – Aix/Venelles et France Avenir – Le Cannet), la dernière journée ne mettra à l’affiche que trois rencontres sur les sept programmées*.

Entre un règlement qui veut que tous les matches du championnat soient joués à la date butoir de la dernière journée de compétition, que les joueuses internationales soient libérées pour le 26 avril (les tournois de qualification à l’Euro seront à l’affiche à partir du 7 mai) et le respect des mesures sanitaires, la Ligue Nationale (LNV) n’a pas eu d’autres choix que d’appliquer les dispositions d’urgence pour mettre un terme au championnat et arrêter un classement. Un classement qui sera établi par le ratio entre le nombre de points obtenusdivisé par le nombre de matches joués. En cas d’égalité, il sera tenu compte des résultats des confrontations directes entre les équipes à départager. Ce qui revient à dire que le seul verdict à prononcer concernera la dernière place de relégable à déterminer entre Istres ou Chamalières.

Autant les volleyeuses mulhousiennes peuvent dormir tranquilles sur leurs deux oreilles, assurées du titre de championnes de France depuis près de deux semaines, autant Istres a déjà la tête sur le billot. Antépénultièmes au classement, les Istréennes sont relégables. Certes, elles partagent les points (32) avec Paris/Saint-Cloud et ne sont qu’à un petit point du 11e, Chamalières. Mais il leur faudrait s’imposer à Mulhouse, impérativement en trois ou quatre sets,pour espérer se sauver au détriment de Chamalières. A peine possible mais toujours envisageable pour une formation provençale qui n’est pas demi-finaliste de la Coupe de France pour rien.

Promu cette saison au sein de l’élite, après quatre ans de purgatoire en DEF (la Ligue B chez les pros), Istres compte neuf victoires en championnat (Saint-Raphaël 3-0, Cannes 3-0, Chamalières 3-1 et 3-0, Vandoeuvre/Nancy 3-1, Marcq-en-Baroeul 3-1, Mougins 3-1 et France-Avenir 3-0, 3-0) et peut se vanter d’avoir poussé Béziers, Le Cannet, Aix/Venelles et Nantes au tie-break. Encore jamais, dans l’histoire de l’élite féminine, un relégable n’aura présenté pareil tableau de chasse. Pourtant, malgré cela, les coéquipières de Pauline Martin sont en péril. Et, malheureusement pour Istres, cette situation est un peu à l’image d’un club qui a connu son heure de gloire, au pied du podium entre 2008 et 2011 derrière le trio Cannes, ASPTT Mulhouse et Le Cannet, qui, à chaque fois, a été éliminé par le champion de France sur le dernier match.

Article signé Christian Entz

*Les matches à l’affiche ce mercredi : ASPTTM-Istres, Nantes–Saint Raphaël et Aix/Venelles – France Avenir
Les matches remis : Vandoeuvre/Nancy-Marcq en Baroeul, Mougins-Chamalières, Paris/Saint Cloud-Terville/Florange, Béziers-Cannet