L’ALSACE DU 15/02/2019 : L’ASPTT Mulhouse, le cœur lourd

Publié le
ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

L’ALSACE DU 15/02/2019 : L’ASPTT Mulhouse, le cœur lourd

L’ASPTT Mulhouse a été éliminée de la Coupe de la CEV par une redoutable formation italienne de Busto Arsizio, hier soir au Palais des sports, malgré un beau sursaut d’orgueil (2-3).

Alors que les joueuses de Busto Arsizio entament une bruyante danse endiablée, celles de l’ASPTT se regroupent silencieusement autour de leur entraîneur. Il est un peu plus de 22 heures et les Mulhousiennes sont éliminées de la Coupe de la CEV. Elles ont perdu la rencontre (2-3), mais elles sont acclamées par leurs supporters, conscients des efforts qu’elles viennent de fournir. « Je suis déçue, bien sûr, mais contente aussi parce que les filles ont su relever la tête après les deux premiers sets et se sont battues jusqu’au bout. Elles sont tombées sur plus fortes qu’elles, c’est tout » , commente Magali Magail, le coach postier, déjà tournée vers le prochain match de son équipe, demain en Ligue A à Chamalières.

Dominées dans tous les secteurs

Ses joueuses ont montré deux visages très différents, hier au Palais des sports. Tout d’abord dominées par des adversaires qui leur ont infligé une véritable leçon durant deux manches, elles ont ensuite réagi de fort belle manière en retrouvant leur meilleur niveau et leur combativité.

Battues 3-0 il y a quelques jours en Italie, les Mulhousiennes devaient l’emporter 3-0 ou 3-1, et s’adjuger le golden set dans la foulée, pour poursuivre l’aventure. Et pour avoir une chance d’atteindre leur objectif, elles devaient d’entrée mettre la pression sur leurs adversaires. Malheureusement pour elles, c’est l’inverse qui se produit. Malgré une Hayley Spelman dans le coup (4/6), elles sont menées au score dès les premiers échanges (4-7, 6-10). Impeccable dans tous les secteurs de jeu, Britt Herbots fait souffrir son ancien club et entraîne son équipe dans son sillage (11-17). Les joueuses locales, trop fébriles, ont le plus grand mal à poser la balle par terre face à des visiteuses qui réceptionnent et défendent très bien, s’offrant ainsi de nombreuses opportunités en attaque (12-21). Elles perdent encore du terrain dans une fin de set maîtrisée par les Italiennes et laissent filer cette première manche 13-25. Elles n’ont pas fait le poids (10/35 en attaque pour l’ASPTT contre 16/28 pour Busto Arsizio).

Les protégées de Magali Magail doivent impérativement remporter le 2e  set pour conserver une chance de se qualifier. Mais elles ne parviennent pas à prendre l’ascendant et souffrent en réception, accumulant les fautes directes (11-23). Impossible dans ces conditions d’inverser la tendance face à une Britt Herbots des grands soirs (14-25). En perdant ce 2e set, l’ASPTT est d’ores et déjà éliminée de la Coupe de la CEV.

À nouveau combatives

Les Alsaciennes ont pris un coup sur la tête, mais elles ne lâchent pas. Elles le prouvent dès l’entame de la 3e  manche en menant pour la première fois (4-2). Les égalités se succèdent (9-9, 14-14), mais elles reprennent les devants après avoir remporté un magnifique rallye (16-14). Elles sont présentes en défense et peuvent compter sur Anastasia Guerra pour faire tomber les points dans leur escarcelle (21-18). Les Italiennes accélèrent, à l’image de Meijners, mais c’est bien l’ASPTT qui arrache ce set de haute lutte (25-23).

L’ambiance monte d’un cran et les Mulhousiennes, dans un beau sursaut d’orgueil collectif, démarrent le 4e  set pied au plancher avec trois blocks (4-1). Elles restent en tête tandis que les Transalpines multiplient les fautes au service (7-5). Concentrées, déterminées, elles se battent sur toutes les balles et remportent le set (25-20).

Les Alsaciennes jettent leurs dernières forces dans le tie-break (5-6, 10-11). Elles s’accrochent et reviennent dans la course (13-14). Elles ne réussissent toutefois pas à inverser la tendance et s’inclinent sur une ultime attaque de l’incontournable Britt Herbots (13-15). L’ASPTT a perdu, mais contre plus forte qu’elle. Place à la suite.

Article signé Sandrine Pays