L’ASPTT Mulhouse domine Béziers en Supercoupe

Publié le

L’ASPTT Mulhouse a largement dominé son grand rival Béziers en trois manches sèches lors de la Supercoupe,samedi après-midi à Chaumont, et rapporte ce trophéepour la 2e fois après celui obtenu le 7 octobre 2017 à Mulhouse. L’ASPTTM est le premier club français à remporter les trois trophées, championnat, Coupe de France et Supercoupe, dans la même année.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

François Salvagni choisit d’aligner un six de base classique avec Pia Kästner, Anna Haak, Ivana Vanjak, Kimberley Drewniok, Georgia Lamprousi, SilkeVan Avermaet et Léa Soldner. Fabien Simondet, le coach de Béziers, a laissé Dayami Sanchez, la pointue cubaine au repos. Yeisy Soto, la centrale colombienne et compatriote d’Amanda Coneo la nouvelle venue de l’ASPTTM, est en béquilles.

L’ASPTT Mulhouse démarre tambour battant avec le duo allemand Vanjak-Drewniok (4-0). Le champion de France est irrésistible et Fabien Simondet, le coach biterrois, prend déja son deuxième temps mort à 8-1. Deux fautes directes pour 9-4, 12-6. Les postières continuent leur cavalier seul (15-8) tandis que la passeuse Pia Kästner sollicite toutes ses coéquipières.

   Amanda Coneo entre en jeu

Amanda Coneo, la Colombienne arrivée à Mulhouse voici huit jours, remplace Ivana Vanjak à 18-10. Le score enfle face à des visiteuses dépassées (21-13). Toutes les Mulhousiennes ont marqué en attaque à 22-14. Kimberly Drewniok déclenche son bras gauche etconclut cette manche initiale 25 à 17 pour la plus grande joie des 80 supporters haut-rhinois. Les statistiques donnent le tournis : 18/28 64 % contre 12/31 38 %. Le champion de France en titre a complètement surclassé son dauphin. « J’ai été surpris du niveau des joueuses après seulement un mois de préparation. Le premier set a été incroyable », soulignait après coup François Salvagni.

La suite est tout autre avec quatre fautes en attaque et deux blocks adverses (5-8). François Salvagni pose un temps-mort alors que ses protégées accumulent les fautes directes (six à 7-11). Le jeu devient haché des deux côtés du filet. L’agressivité au service et une meilleure défense sur Angela Leyva, grâce notamment par la libéro Léa Soldner, permettent aux Mulhousiennesd’égaliser à 11. « On revenait au score et mes deux blocks (à 14-13, puis 16-13), ont été importants pour l’équipe et pour moi », reconnaissait après coup Ivana Vanjak. Mieux, ses coéquipières prennent les rênes après un cinglant 11-2 (18-13). Mulhouse force Béziers à la faute et enlève logiquement la seconde manche 25 à 19.

    Double réaction

Comme précédemment, les postières sont menées initialement (5-8). Pia Kästner prend alors le service et martyrise la réception adverse (8-8). Les Biterroisesoffrent des points en multipliant les retours directs ou dévissent en attaque (12-8). L’ASPTTM inscrit un 11 à 0 pour mener largement (16-8). Kimberly Drewniok trouve des angles et le champion de France augmente son avance (17-10, 20-13). Amanda Coneo Cardona se distingue avec une attaque et un contre en bout de filet (à 21-13, puis 23-13). « J’ai été un peu surprise de jouer mais j’étais prête », avouera plus tard Amanda Coneo. Finalement, Ivana Vanjak, élue MVP après son match plein dans tous les compartiments du jeu.clôt la partie d’un petit coup de patte (25-16) et offre à l’ASPTT Mulhouse sa deuxième Supercoupe.

L’ASPTT Mulhouse a été irrésistible sur certaines séquences. « On a bien progressé depuis le match de Stuttgart mais on sait qu’il reste du travail », concluait François Salvagni, l’entraineur transalpin. Mulhouse a surclassé Béziers et ses supporters ont partagé le traditionnel clapping avec leurs favorites. Après le doublé historique en avril, c’est le troisième trophée en six mois ! De bon augure pour la saison en LAF qui débute à Béziers samedi prochain.

Thierry Hufschmitt avec Christian Entz

ASPTT Mulhouse : 3

Béziers : 0

Les sets : 25-17 (24’), 25-19 (24’), 25-16 (23’). Temps total de jeu : 1h11. Arbitrage de M. S. Launois et Mme C. Kaiser. La Palestra à Chaumont. 500 spectateurs.

ASPTTM : 45 attaques gagnantes sur 84 (53 %). Drewniok (14/24), Vanjak (12/27), Haak (6/11), Van Avermaet (5/9), Lamprousi (4/8), Kästner (3/3). 2 services gagnants (Kästner et Drewniok 1). 8 blocks (Vanjak 3, Van Avermaet 3, Drewniok 1, Coneo 1). 15 fautes directes dont 8 au service. Six de base : Kästner, Haak, Vanjak (puis Jaegy), Drewniok, Lamprousi, Van Avermaet. Libéro : Soldner. Entr : F. Salvagni.
Béziers : 29 attaques gagnantes sur 85 (34 %). Leyva (15/30), Cugno (5/25), Basso (4/15), Farriol (4/5), Sneed (1/3), Howe (0/4), King (0/2). 2 services gagnants (King et Cugno 1). 7 blocks (Cugno 2, Basso 2, Farriol 1, King 1, Sneed 1). 19 fautes directes dont 4 au service. Six de base : King, Leyva, Basso (puis Balfet), Cugno (puis Howe), Sneed, Farriol. Libéro : Rochelle. Entr : F. Simondet.