L’ASPTT Mulhouse sur de bons rails

Publié le

Saint-Raphaël qui n’avait encore jamais perdu le premier match des play-offs dans son histoire est tombé sur plus fort que lui, samedi soir au Palais des sports Gilbert Buttazzoni, où l’ASPTT Mulhouse a réalisé une belle prestation pour s’imposer en trois sets secs (25-12, 25-18, 25-21).

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Avec un staff limité au seul Alexis Farjaudon sur le banc, Saint-Raphaël paraissait bien loin des standards qui étaient les siens en 2016 quand les Raphaëloises avait chipé le titre de championnes de France aux Cannoises. A l’inverse, l’ASPTTM avait toute son armada sur la touche du staff médical à l’encadrement technique. Et cette différence particulièrement visuelle, avec du rouge un peu partout, se traduisait également sur le terrain où les Mulhousiennes ont littéralement surclassé leurs adversaires dans tous les secteurs de jeu.

Il n’y a qu’à voir les chiffres qui laissent apparaître des statistiques incroyables pour les deux centrales, Silke Van Avermaet et Leandra Olinga Andela, meilleures marqueuses de l’équipe mulhousienne avec respectivement 18 et 11 points, pour comprendre que la réception locale a tenu le choc. Et il est vrai que lorsque la balle arrive dans de bonnes conditions dans les mains de Pia Kästner la sanction est souvent immédiate pour l’adversaire.

Samedi soir, il en a été ainsi avec un block mulhousien particulièrement solide, avec une mention pour Silke Van Avermaet (5 contres gagnants, MVP de la rencontre) et Kimberly Drewniok (3), sans oublier un service d’une grande efficacité – 8 aces dont trois doublés pour Silke Van Avermaet, Kimberly Drewniok et Pia Kästner -.

« C’est le genre de match qui a le mérite de ramener de la confiance dans un groupe, a apprécié François Salvagni qui a été ovationné par les 3500 spectateurs du Palais des sports, au moment de recevoir la Coupe du meilleur entraîneur de l’année 2021 selon le vote des journalistes sportifs alsaciens. Les centrales ont été exceptionnelles parce que le secteur block-défense était efficace et, surtout, nous avons très bien servi jusqu’à éteindre Olena Lymareva ».

La prochaine étape, mercredi à Saint-Raphaël, permettra de composter le billet pour les demi-finales et d’éviter un match d’appui (samedi prochain au Palais des sports). « Nous avons fait la moitié du chemin, soulignait Léandra Olinga Andela. Il nous reste une deuxième moitié à effectuer et pas forcément la plus facile ! »

Article signé Christian Entz

ASPTT MULHOUSE : 3
SAINTRAPHAËL : 0
Les sets : 25-12 (21′), 25-18 (25′), 25-21 (27′). Temps total de jeu : 1h12. Arbitrage de MM. M. Kara et F. Praud. 3509 spectateurs. Palais des Sports Gilbert Buttazzoni.
ASPTTM : 43 attaques gagnantes sur 106 (41 %). Van Avermaet (11/19), Olinga Andela (10/12), Coneo (8/22), Haak (8/30), Drewniok (5/18), Kästner (1/5). 8 services gagnants(Van Avermaet 2, Drewniok 2, Kästner 2, Coneo 1, OlingaAndela 1). 8 blocks (Van Avermaet 5, Drewniok 3). 11 fautes directes dont 3 au service. Six de base : Kästner, Coneo Cardona, Haak, Drewniok, Van Avermaet, Olinga Andela. Libéro : Soldner. Entraîneur : F. Salvagni.
St-Raphaël : 30 attaques gagnantes sur 111  (27 %). Milos (9/45), Paradzik (7/12), Blenckers (6/9), Arbos (3/25), Gatard(3/7), Lymareva (1/11), Robitaille (1/2). 6 services gagnants (Milos 2, Gatard 2, Robitaille 1, Lymareva 1). 4 blocks (Blenckers 2, Robitaille 1, Paradzik 1). 18 fautes directes dont 6 au service. Six de base : Robitaille, Milos, Lymareva Flink(puis Gatard), Arbos, Paradzik, Blenckers. Libéro : Cambérabéro. Entraîneur : A. Farjaudon.