L’ASPTTM refuse de perdre !

Publié le

A trois jours de son rendez-vous européen face aux championnes de Finlande de Viesti LP Salo, ce mardi à 19h au Palais des sports Gilbert Buttazzoni, l’ASPTT Mulhouse a ramené une précieuse victoire de Paris. Une victoire arrachée au tie-break après avoir été menée deux sets à un.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Les volleyeuses mulhousiennes se seraient bien passées de ce week-end parisien et, surtout, d’une rude bataille en cinq sets, à trois jours de l’ouverture de leur 10e campagne en Ligue des Champions. Mais, au prix d’une belle débauche d’énergie, l’ASPTT Mulhouse s’est rassurée en affichant de grosses qualités mentales. « Il est certain que nous aurions préféré ramener trois points et passer moins de temps sur le terrain,avoue Christophe Magail. Mais, le côté positif, c’est l’énergie collective qui se dégage de ce match avec une équipe qui a refusé de perdre ! »

Après un premier set tout à l’avantage des Parisiennes, la passeuse Pia Kästner « a payé pour les attaquantes qui n’arrivaient pas à scorer » explique Christophe Magail. C’est donc avec l’Anglaise Megan Viggars, à la distribution, que l’ASPTTM est parvenu à inverser le cours du jeu et à gagner les trois sets synonymes de victoire. « Paris a défendu exceptionnellement bien et a joué en surrégime pendant les trois premiers sets, poursuit le coach-adjoint. Heureusement que nous avons réussi le hold-up parfait dans la 2e manche alors que nous étions largement menées (4-8, 14-16, 20-21, 25-23) ». Finalement, le point perdu, pour avoir concédé deux sets, est un moindre mal quand on sait que Le Cannet a concédé sa première défaite à Nantes… 14-16 au tie-break !

Une pression légitime

C’est donc avec le sentiment du devoir accompli que les volleyeuses mulhousiennes abordent la Ligue des Champions pour négocier le premier virage de leur parcours européen. Un virage qui ne sera pas le plus difficile à passer mais qui n’en demeure pas moins très piégeux. « Face au Vakifbank et à Monza, nous n’aurons rien à perdre. Contre Salo, on se doit de gagner ! C’est là, que c’est dangereux… On va forcément se mettre la pression ! » confie le coach François Salvagni.

Pour leur 4e campagne en Ligue des Champions, les Finlandaises de Salo ont pour objectif de signer leur première victoire. Une victoire qu’elles ont déjà approchée de très près, par le passé, en poussant les Italiennes de Busto Arsizio et les Allemandes de Dresde au tie-break. En attendant, les meilleures performances européennes enregistrées par ViestiSalo datent de la saison 2013/2014 quand les Finlandaises ontéliminé successivement Kanti Schaffhausen (3-0 ; 3-2) et Vilsbiburg (3-1 ; 2-3) pour atteindre les quarts de finale de la Coupe d’Europe de la CEV. En 2013, LP Salo a également disputé les demi-finales de la Challenge Cup.

Viesti LP Salo aligne deux joueuses étrangères au sein d’uneffectif très finlandais. Il s’agit de la passeuse ukrainienne Viktoriia Tuchasvili et de l’attaquante-réceptionneuse bulgare Elena Becheva. Viktoriia Tuchashvili joue pour LP Salo depuis 2013 après avoir évolué en Roumanie de 2003 à 2012 (à Stiinta Bacau et à Piatra Neamt) et à Astana au Kazakstan(2012/2013). A 40 ans, elle est la meneuse de LP Salo avec qui elle a remporté cinq titres de champion de Finlande (2014, 2015, 2017, 2019, 2021) en étant MVP de la saison à quatre reprises en 2014, 2015, 2017 et 2019. Quant à Elena Becheva(23 ans), elle est un pur produit du Levski Sofia où elle a évolué de 2014 à 2020. Après une saison en Turquie au Merinos SK (2019/2020) et une autre en Roumanie au CSU Belor Galati (2020/2021), elle dispute son premier championnat de Finlande au sein d’une équipe qui compte dix titres de champion de Finlande (2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2017, 2019, 2021) et dix coupes de Finlande (2002, 2004, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2014, 2015, 2016).

En termes de contenu dans la vitrine, l’ASPTTM n’est pas en mesure de rivaliser avec son illustre adversaire. Elle n’en convoitera pas moins sa 12e victoire en Ligue des Champions pour son 53e match dans la compétition de clubs la plus relevée au monde.

Article signé Christian Entz

S-F PARIS SAINT-CLOUD  : 2
ASPTT MULHOUSE : 3
Les sets : 25-20 (32′), 23-25 (29′), 27-25 (31′), 21-25 (32′), 9-15 (15′). Temps total de jeu : 2h15. Arbitrage de MM. C. Gardenne et A. Haboul. 550 spectateurs. Salle Géo André.
Saint-Cloud : 60 attaques gagnantes sur 177 (34 %). Oliveira Souza (22/51), Ndoye (13/29), Salkute (10/36), Rodriguez (5/28), Kadiku (4/11), Lazcano (3/10), Cholet (1/2), Mayer (1/3), Corral Bouza (1/2), Ngolongolo (0/4). 8 services gagnants (Salkute 2, Ngolongolo 2, Kadiku 2, Cholet 1, Mayer 1). 14  blocks (Kadiku 5, Lazcano 5, Oliveira Souza 2, Ngolongolo 1, Mayer 1). 26 fautes directes dont 12 au service. Six de base : Mayer (puis Corral Bouza), Salkute (puis Rodriguez), Ndoye, Oliveira Souza, Ngolongolo (puis Lazcano), Kadiku (puis Cholet). Libéro : Knip. Entraîneur : O. Lardier.
ASPTTM : 62 attaques gagnantes sur 175 (35 %). Drewniok(17/40), Haak (10/38), Coneo (8/40), Olinga Andela (8/14), Lamprousi (4/8), Van Avermaet (5/9), Vanjak (4/12), Novakovic (3/5), Viggars (3/9). 6 services gagnants (Coneo 2, Viggars 1, Drewniok 1, Vanjak 1, Olinga Andela 1) .12 blocks (Olinga Andela 4, Van Avermaet 3, Lamprousi 2, Drewniok 2, Viggars 1). 20 fautes directes dont 5 au service. Six de base : Kästner (puis Viggars), Coneo Cardona, Haak (puis Vanjak, puis Jaegy), Drewniok (puis Novakovic), Lamprousi, Van Avermaet (puis Olinga Andela). Libéro : Soldner. Entraîneur : F. Salvagni.