L’ASPTTM sans regret

Publié le

L’ASPTT Mulhouse n’est pas parvenue à contester la supériorité du Volero Le Cannet (1-3), samedi soir au Palais des sports Gilbert Buttazzoni, dans le 3e match de la finale de la Ligue A féminine. Battu par Cannes en 2015 et par Mulhouse, en 2017, Le Cannet a pris sa revanche pour remporter le premier titre de son histoire. Une belle première ! Le premier aussi dans l’histoire du volley français d’un champion de France sans joueuse française sur le terrainUne plus triste première !

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Dans un Palais des sports à guichets fermés, chauffé au rougeet en fusion, avec même des vendeurs de billets à la sauvette sur le parvis et des demandeurs malheureux, l’ASPTT Mulhouse ne pouvait pas bénéficier d’une plus belle audience pour sa fin de saison. Le seul souci c’est que, compte tenu des valeurs en présence, il aurait fallu que l’ASPTTM soit constamment à 100 % et que Le Cannet connaissance des problèmes d’allumage et une Eva Yaneva sur une jambe. Ce qui n’a pas été le cas !

Certes, le set initial a permis aux Mulhousiennes de faire illusion (25-21) avec une Kimberly Drewniok stratosphérique (7/8 en attaque), une Silke Van Avermaet des grands soirs (3 blocks gagnants à 14-10, 23-18 et 25-21), des coups de patte bien ajustés d’Amanda Coneo et de Yossiana Pressley, d’une défense héroïque autour de Léa Soldner et, en face, d’une Heidy Casanova encore à l’échauffement (2/10 en attaque). La suite n’a plus jamais été à l’avantage de l’ASPTTM qui a éprouvé les pires difficultés sur la position où Kimberly Drewniok se trouvait en bout de filet, position qu’elle n’affectionne pas, avec Léandra Olinga Andela au centre et Yossiana Pressley en poste 2. En neutralisant les possibilités offensives mulhousiennes avec son service, l’Italienne Giulia Carraro s’est offert deux séries magistrales : un 9-0 pour amener la marque à 3-11 puis un 6-0 jusqu’à 12-23. La messe était dite (16-25).

Loin d’être au niveau de sa performance au Cannet, Yossiana Pressley cédait sa place à Anna Haak au 3e set et François Salvagni décalait les positions de son six de base pour ne plus connaître la mésaventure de la manche précédente. Malheureusement pour l’ASPTTM, la Cubaine Heidy Casanova marquait de son empreinte un set qui allait être décisif. Sans cette dernière, joker médical de luxe et auteur de 9 points dans cette manche, Le Cannet n’aurait pu prétendre à sa victoire. Constamment menée après le 7-6 signé par Anna Haak, l’ASPTTM a eu le mérite de signer quatre points consécutifs (de 18-21 à 22-21) pour entretenir l’espoir des quelque 4000 spectateurs. Kimberly Drewniok rajoutait encore un point à son compteur à 23-22 avant de sauver la 1reballe de set (24-24). Michaela Mlejnkova offrait la suivante au Cannet que l’inévitable Heidy Casanova concrétisait (24-26). L’ASPTTM venait de laisser passer sa chance.

Les Mulhousiennes accusaient le coup à l’entame de la 4emanche (2-6, 3-8, 4-11). Sur un service gagnant de Pia Kästner (15-18), l’ASPTTM revenait à trois points du Cannet mais sans parvenir à contenir Heidy Casanova irrésistible en fin de match (18-25).

« Je suis très fier de mon équipe, de mon staff et de nos supporters qui ont tout donné dans cette finale, confiait le coach François Salvagni. Nous avons fait un bon match et si aujourd’hui nous avons perdu face au Cannet c’est qu’il a été le plus fort. C’est le 2e match qui me laisse des regrets parce que nous avions l’opportunité de le gagner. Pour être championne, Mulhouse doit encore s’améliorer pour être capable de répéter les matches de haut-niveau ».

Article signé Christian Entz

ASPTT MULHOUSE : 1
LE CANNET : 3
Les sets : 25-21 (32′), 16-25 (27′), 24-26 (34′), 18-25 (33′). Temps total de jeu : 2h06. Arbitrage de Mme C. Help et M. K-G Assoga. 3796 spectateurs. Palais des Sports Gilbert Buttazzoni.
ASPTTM : 56 attaques gagnantes sur 125 (44 %). Drewniok (24/42), Coneo (12/32), Van Avermaet (6/13), Pressley (6/15), Haak (5/13), Olinga Andela (2/6), Lamprousi (1/3). 3 services gagnants (Drewniok 2, Kästner 1). 9 blocks (Van Avermaet 3, Olinga Andela 3, Kästner 3). 18 fautes directes dont 5 au service. Six de base : Kästner (puis Viggars), Coneo, Pressley (puis Jaegy), Drewniok (puis Haak), Van Avermaet, Olinga Andela (puis Lamprousi ). Libéro : Soldner. Entraîneur : F. Salvagni.
Le Cannet : 58 attaques gagnantes sur 130 (45 %). Casanova (21/46) Mlejnkova (11/26), Yaneva (13/32), Aleksic (6/12), Polder (4/8), Atkinson (1/4), Carraro (2/2). 7 services gagnants (Carraro 2, Yaneva 2, Casanova 2, Polder 1). 12 blocks (Aleksic 7, Yaneva 2, Mlejnkova 1, Casanova 2). 13 fautes directes dont 7 au service. Six de base : Carraro (puis Stojiljkovic) Yaneva, Mlejnkova (puis Palgutova), Casanova (puis Atkinson), Polder, Aleksic. Libéro : Parlangeli. Entraîneur : L. Micelli.