Léa Soldner : « La peur est notre pire ennemi »

Publié le

Léa Soldner, a 26 ans, elle est née à Mulhouse et figure dans le collectif professionnel des volleyeuses de l’ASPTT Mulhouse Volley Ball où elle évolue au poste de libéro depuis maintenant 8 ans. Elle est également étudiante en Master 2eannée des Sciences de l’éducation à l’UHA de Mulhouse.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

–        Qu’est-ce que le sport féminin représente pour vous ?

Pour ma part, le sport représente ma passion depuis que je suis toute petite, c’est mon quotidien, ma bouffée d’oxygène, mais également mon métier. 

Je suis fière de réaliser mon sport et ma passion tous les jours de ma vie, que ce soit quand je vais à l’entrainement tous les matins ou quand je joue dans un Palais des Sports plein. 

 

–        Comment avez-vous fait votre place en tant que femme ?

Je ne me suis jamais posé cette question, cette place s’est faite naturellement. Mes parents n’ont jamais fait de différence entre mon petit frère et moi, et ils m’ont toujours permis de réaliser mes rêves de petite fille. Je pense donc, au final, que c’est grâce à eux que j’ai pu trouver et faire ma place dans ce monde. J’ai depuis toujours eu de l’ambition et je savais où je voulais aller. Lorsque je suis arrivée à Mulhouse, c’était Magali Magail qui était mon coach et c’est elle qui m’a fait grandir et qui m’a donné ma chance. Entre Magali et maman, j’ai depuis toujours été entourée de femmes fortes et de caractère, il m’a donc suffi de suivre l’exemple.

–        Quel conseil pourriez-vous donner aux femmes qui n’osent pas se lancer ?

Selon moi, la peur est notre pire ennemi. Chaque personne est capable de réaliser de grandes choses si elle le souhaite. Nous sommes tous égaux, nous avons tous deux jambes et deux bras… Donc, pourquoi certaines personnes y arriveraient et pas nous ?

–        Citez un mot qui vous représente en tant que femme dirigeante ou à poste à responsabilité :

Je dirai que je suis déterminée.

–        Qu’est-ce qui vous a donné envie d’entreprendre / de devenir manager ?

Au fil du temps, je me suis rendu compte que j’aime être un leader dans un groupe. Dans le monde du sport, on change de groupe et de coéquipières tous les ans ce qui signifie qu’au début de chaque nouvelle saison il est important de recréer une atmosphère saine, et un moyen pour que chaque fille se sente à sa place et trouve son rôle au sein du groupe. Etant mulhousienne et française, il est important pour moi que les filles qui arrivent se sentent bien et que je sois, pour elles, un point de repère qui puisse leur permettre de se sentir à l’aise lors de leur intégration au sein du club. 

–        Quel est votre endroit préféré à Mulhouse ?

J’aime beaucoup le restaurant le Nomad pour aller « Bruncher » le dimanche avec ma famille et mes amis. 

–        Une anecdote amusante de votre vie professionnelle  ?

Etant libéro, je ne marque pratiquement jamais de points … Donc, lorsqu’il m’arrive d’en marquer un pendant un match, je suis la plus heureuse !

–        Qu’est-ce qui vous motive dans votre métier ?

Ce qui me motive c’est tout d’abord de gagner ! J’aime également la sensation de progresser et pas seulement techniquement. En effet, le sport me permet de grandir et de m’épanouir en tant que femme. Je sens qu’au fil des années je gagne en assurance, en confiance en soi, en gestion du stress, en communication… Si je compare la Léa d’il y a 8 ans et celle d’aujourd’hui énormément de choses ont changé. C‘est cette évolution qui me permet de devenir meilleure sur le terrain mais également dans ma vie du quotidien. 

–        Que pensez-vous de la place de la femme dans la société ?

Je pense qu’il existe encore de nombreuses inégalités qui proviennent malheureusement de notre passé … En tant que femme, en tant que Léa SOLDNER je ne pourrai pas modifier toutes ces inégalités du jour au lendemain. Cependant, ce que je peux faire c’est me battre, tous les jours de ma vie, pour atteindre mes objectifs et ne pas me laisser faire si je rencontre des obstacles ou des difficultés qui soient liées à mon sexe. Je pense que c’est cette attitude qui va dans le futur, permettre de pouvoir faire évoluer certaines idéologies. 

–        Quelles sont vos plus belles réussites en tant que femme ?

Je suis fière de réaliser un double projet qui consiste à allier sport de haut-niveau et études supérieures. Je suis fière de pouvoir dire que je suis championne de France avec mon club et ma ville natale et je suis fière d’être si bien entourée.

–        Qu’est-ce que la journée des droits des femmes vous inspire ?

Je trouve cette journée importante et symbolique mais, selon moi, il y a 365 journées de la femme…

–        A votre avis, la solidarité féminine est-elle suffisamment exprimée dans notre société ?

Je pense qu’elle ne fait que grandir … Pour ma part, je suis entourée de femmes au quotidien et dans notre équipe si on veut gagner il faut être solidaires. La solidarité féminine est donc extrêmement importante pour nous toutes !

 

–        Est-il plus aisé, aujourd’hui, d’imposer son genre à l’heure des décisions que par le passé ?… Pourquoi ?

Les temps changent … et heureusement ! ! Imposer son genre aujourd’hui est donc plus aisé que par le passé. Mais on est encore loin d’une égalité pour tous !

–        A vos yeux, quels sont les trois sports qui se conjuguent le mieux au féminin ?

Pourquoi trois ? Tous les sports se conjuguent au féminin !