Madison Bugg quitte l’ASPTTM

Publié le

C’est la rançon de la gloire ! Comme en 2017, après son premier titre de championne de France qui a été suivi par les départs de Daly Santana, Athina Papafotiou, Maëva Orlé, Angie Bland, Alina Albu et Kristy Jaeckel-Schmieder – ces deux dernières avaient mis un terme à leur carrière -, l’ASPTT Mulhouse déplore un certain bouleversement. Après les départs d’Helena Cazaute et de Laetitia Moma Bassoko, il convient désormais d’y rajouter celui de Madison Bugg.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

La passeuse américaine, originaire de Plano au Texas, avait succédé à Athina Papafotiou à la rentrée 2019 après avoir remporté la Coupe d’Allemagne en 2018, avec Dresde, et le titre allemand en 2019 avec Stuttgart. Sacrée championne de France avec l’ASPTTM et meilleure passeuse de la Ligue A féminine cette saison, Madison Bugg (27 ans) laissera l’image d’une joueuse particulièrement travailleuse et talentueuse qui aura beaucoup contribué aux succès mulhousiens.

« Je me considère très chanceuse d’avoir eu le privilège de porter le maillot Mulhouse durant ces deux dernières saisons, confie Madison Bugg. J’ai trouvé une famille d’accueil en France et je laisse un morceau de mon cœur à l’ASPTT Mulhouse. Je repars avec de nombreux souvenirs comme notre match de quart de finale de Coupe de France contre Béziers, la saison dernière au Palais des Sports, (quand, menée deux sets à rien, l’ASPTTM avait sauvé huit balles de match pour finalement s’imposer au tie-break). Le match le plus intense et le plus bruyant que je n’ai jamais joué dans ma carrière. Il y a aussi les deux matches contre Rzeszow en Coupe CEV, les deux semaines « marathon » de cette année enChampions League et notre match de championne de France, à Béziers, il y a quelques semaines avec l’interruption due à la pluie. Je n’oublierai pas nos vidéos, nos dîners entre filles en regardant l’émission Bachelor, chaque pause aux entraînements aux côtés de Manon – Jaegy -, les discussionsavec François – Salvagni – sur le Mercato, mes tentatives pour essayer de comprendre les conversations de Caz – Helena Cazaute – et Lea – Sodner – en français, les échanges avec Leandra – Olinga Andela  – pour tenter de résoudre tous les problèmes du monde, et mes efforts désespérés pour survivre en défense quand Laeti – Laetitia Moma Bassoko – attaquaitaux entraînements. Ce qui me manquera également c’est ma boulangerie : La Mie Caline. Mulhouse fait partie de moi depuis deux ans… Je suis triste de partir mais enthousiasméepar ce que l’avenir me réserve. Je reviendrai à Mulhouse. J’adore ce club et cette ville et je ne saurais trop exprimer ma gratitude aux gens qui nous ont entourées et soutenues ».

Article signé Christian Entz