ASPTT, club de volley-ball à Mulhouse

L’ALSACE DU 04/11/2017: La victoire en tremblant

L’ASPTT Mulhouse est revenue de loin, hier soir au Palais des sports, face à Évreux. Menées deux sets à un, les Mulhousiennes ont été sauvées par leur banc pour s’imposer à l’issue du tie-break (3-2).

Depuis qu’Évreux fréquente l’élite française, l’ASPTT Mulhouse n’avait laissé traîner qu’un petit set au bénéfice des Normandes. C’était en 2013… Quatre ans plus tard Évreux a fait mieux en passant tout près de l’exploit.
Curieusement, les deux coaches avaient pris la même option en titularisant d’entrée la passeuse remplaçante qui avait terminé le dernier match. En l’occurrence l’Américaine Lexi Dannemiller à Mulhouse et Megane Viggars à Évreux. Un choix qui allait sourire aux Ébroïciennes dont le départ sur les chapeaux de roue (0-5) traduisait une certaine fébrilité locale.
Nul doute que les Mulhousiennes, championnes de France en titre, constituent une proie de prestige que tous veulent accrocher à leur tableau de chasse. Mais durant près de deux sets, en alternant trop souvent le meilleur et le pire, elles ont tendu le bâton pour se faire battre. Dans cet ordre d’idées, les postières ont eu le mérite de combler leur handicap initial du 1er set (5-5, 10-7) grâce à Britt Herbots, Hayley Spelman, Michaela Abrhamova et Lexi Dannemiller.
Mais le double changement local (à 18-16), pour avoir trois attaquantes au filet, se traduisait à la marque par un nouveau renversement de situation (18-20) que l’Argentine Natalia Aispurua concrétisait (22-25).
Nullement abattue, l’ASPTTM prenait la maîtrise des débats à l’entame du 2e set (7-2, 9-5) sous l’impulsion d’Hayley Spelman et de Ciara Michel. L’engagement en défense des Ébroïciennes faisait, néanmoins, perdre patience aux Mulhousiennes. Nada Mitrovic, à l’image de sa petite diagonale dans les deux mètres (19-19), Romane Ruiz au service (20-21) et Miroslava Kuciakova en attaque (21-22) relançaient Évreux sans empêcher Britt Herbots, pleine de lucidité (22-22) et Lexi Dannemiller, agressive au filet (23-22, 24-23), d’offrir le gain de la manche aux postières (25-23).

Rueda décisive
Cette réussite aurait dû marquer le vrai départ de l’ASPTTM. Au lieu de ça, Safiatou Zongo, au service, semait le doute au sein d’une réception particulièrement coupable, hier soir (2-7). À 6-11, l’internationale péruvienne et dernière recrue mulhousienne, Carla Rueda, faisait son entrée en jeu. Il fallait toutefois attendre la 8e tentative offensive de l’internationale péruvienne (19-23) pour qu’elle ouvre son compteur. L’écart était néanmoins trop conséquent pour qu’Évreux n’obtienne pas une juste récompense à ses efforts (20-25).
Magali Magail avait avoué à la veille de ce match que ses remplaçantes étaient les joueuses les plus importantes. Ces dernières l’ont prouvé pour arracher le 4e set (14-10, 22-15), avec un six de base totalement inédit (Markovic, Dannemiller, Davidovic, Rueda, Trach et Michel), mais avec le précieux concours de Britt Herbots à la conclusion (25-23) pour obtenir le sursis et avoir le droit de disputer le tie-break. Un tie-break pour le moins heureux et bien entamé par Olga Trach, déterminante hier soir, Lara Davidovic, Carla Rueda et Léa Soldner en défense (8-1).
Évreux faisait encore illusion sur un coup de patte de Megane Viggars (10-7) avant le forcing de Bojana Markovic (13-8), Lara Davidovic (14-8) et Carla Rueda qui avait le privilège de conclure les débats sur la première balle de match (15-8). L’ASPTT Mulhouse a beaucoup tremblé mais n’a pas craqué. En plus du succès, c’est la bonne nouvelle de la soirée.

 

Article signé Christian Entz

Calendrier

Le calendrier de la ligue n'est pas disponible pour le moment

Classement

PTS MJ G P
Tous les résultats