Newsletter #10 – Bilan mi-parcours

Publié le
ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

A une victoire du titre de champion d’Automne

Le champion d’Automne de la Ligue A féminine sera sacré en hiver et plus précisément à la fin janvier quand la 15e journée de championnat sera consommée (22, 23 et 24.01) et les derniers matchs en retard joués. Si l’ASPTT Mulhouse obtient une victoire lors du déplacement à Istres (le 23.01) ou face au Cannet au Palais (le 26.01), elle sera promue au rang de champion d’Automne. Un titre à peine honorifique, qui n’accorde aucun bénéfice, mais qui permet d’entamer la phase de retour avec un capital.

« Un excellent mois de décembre »

Aujourd’hui, les Mulhousiennes (31pts) comptent quatre points d’avance sur Béziers (27pts) et cinq points sur Aix / Venelles (26pts avec un match en plus) et autant sur Nantes si les Nantaises battaient Mougins à l’occasion de leur 12e match, samedi prochain. Avec 11 victoires en 12 matches, en déplorant une seule défaite concédée de surcroit au tie-break face à Béziers, le bilan de l’ASPTTM est bon. Pour obtenir une mention, il lui faudra cependant négocier avec succès ses deux derniers matchs de la phase aller face à Istres et Le Cannet. En attendant, François Salvagni se dit « très content » de ses troupes. « Nous avons réussi un excellent mois de décembre malgré la fatigue (6 matchs en 22 jours dont cinq victoires et une défaite au tie-break) et la blessure de Léandra Olinga Andela qui a limité nos solutions au centre lors des deux derniers matchs, confie le coach. Après le match de Nancy, le groupe était très fatigué mais il a su puiser dans ses réserves pour arracher les trois points face à Saint-Raphaël. Je suis également très contenu de la progression individuelle des jeunes joueuses comme Tessa, Ivana, Georgia, Anna, Jéléna, Manon, qui ont su prendre leurs responsabilités pour contribuer à nos succès ».

« Un mois de février très difficile »

En position de force pour aborder la suite du championnat, l’ASPTT Mulhouse ne possède qu’une toute petite marge d’erreur et ne bénéficie pas du meilleur calendrier puisqu’il lui faudra se déplacer à Cannes, au Cannet et à Béziers, lors de la phase retour. « Ce ne sera pas facile admet François Salvagni. Nous allons avoir un mois de février très difficile avec huit matches en 25 jours si la Ligue des Champions en Pologne est maintenue (Plovdiv 2, Vakifbank 3, Lodz 4, à Cannes 9, Terville 13, Aix/Venelles 16, à Saint-Raphaël 20, à Marcq-en-Barroeul 27). A cela, le championnat est très ouvert avec au moins huit équipes capables de jouer les premiers rôles. Chaque match est important et chaque victoire précieuse ! ». Après un mois sans jouer, février sera la première étape déterminante… Ce mois n’offrira aucune garantie mais pourrait ruiner quelques belles espérances pour peu que la préparation physique ait été mal gérée ou que la malchance ne frappe. A Mulhouse, l’ASPTT a déjà trop donné en perdant Léandra Olinga Andela pour ignorer pareille menace.

Christian Entz


Nos six favoris au crible

ASPTT Mulhouse : 1er, 31pts 12 matches joués. Bonus (+6) : victoires à Aix (3-0) et à Nantes (3-1). Malus (-4) : défaite à domicile face à Béziers (2-3) et deux victoires à un point à domicile face à Marcq-en-Barroeul et Vandoeuvre-Nancy. Matches aller à jouer : à Istres et Cannet. Gros matches retour en déplacement : à Cannes, au Cannet, à Béziers.

Béziers : 2e, 27pts 12 matches joués. Bonus (+8) : victoires au Cannet (3-0), à Nantes (3-0) et à Mulhouse (3-2). Malus (-8) : défaites à domicile face à Aix/Venelles (0-3), Cannes (1-3) et victoires à un point à domicile face à Nancy et à Istres. Matches aller à jouer : à Terville et à Saint-Raphaël. Gros matches retour en déplacement : à Cannes et à Aix/Venelles.

Aix/Venelles : 3e, 26pts 13 matches joués. Bonus (+3) : victoire à Béziers (3-0). Malus (-10) : défaites à domicile face à Mulhouse (0-3), Cannes (2-3), Cannet (2-3), défaite à Chamalières (2-3) et victoire à un point à domicile face à Saint-Raphaël. Match aller à jouer : Marcq-en-Barroeul. Gros matches retour en déplacement : à Mulhouse, à Cannes et au Cannet.

Nantes : 4e, 23pts 11 matches joués. Bonus : aucun. Malus (-9) : défaites à domicile face à Béziers (0-3), Mulhouse (1-3), et à Paris (1-3). Matches aller à jouer : Mougins, à Cannes, et Cannet. Gros matches retour en déplacement : à Aix/Venelles, à Béziers, à Mulhouse et au Cannet.

Cannes : 5e, 22pts 11 matches joués. Bonus (+5) : victoires à l’extérieur à Aix/Venelles (3-2) et à Béziers (3-1). Malus (-7) : défaites à domicile face au Cannet (1-3) et à Istres (0-3) et victoire à un point à domicile face à Marc-en-Barroeul.

Le Cannet : 6e, 21pts 12 matches joués. Bonus (+5) : victoires à Cannes (3-1) et à Aix/Venelles (3-2). Malus (-14) : défaites à domicile face à Béziers (0-3), Mougins (0-3), Nancy (2-3) et à l’extérieur à Paris (0-3) et à Saint-Raphaël (0-3). Matches aller à jouer : à Mulhouse et à Nantes. Gros match retour en déplacement : à Béziers.

L’INTERVIEW

Christina Bauer : « On n’oublie pas son premier amour ! »

L’ASPTT Mulhouse a fait appel à Christina Bauer (33 ans), en tant que joker-médical, pour remplacer Léandra Olinga Andela victime d’une rupture des ligaments croisés.

Après avoir quitté Mulhouse en 2010, pour connaître ton heure de gloire en Italie et en Turquie, as-tu imaginé à cette époque un retour à Mulhouse ?

« J’aurais pu imaginer terminer ma carrière à Mulhouse… Parce que l’ASPTTM a été mon premier club professionnel, celui qui m’a permis de vivre ce que j’ai vécu à l’étranger. Sur n’oublie pas son premier amour. Mais, ce sont les alléas du sport et de la famille qui m’ont amenée à revenir. Notamment, la blessure de Léandra et la parenthèse que je me suis accordée pour donner naissance à ma fille. Ce qui explique que j’étais sans club à cette période de la saison. Je n’ai jamais été béni et c’est la première fois que je me retrouve dans cette situation à reprendre la compétition en cours de saison. Je me suis entraîné quatre mois avec Le Cannet mais, avec qui, nous n’avons pas trouvé d’accord pour un éventuel contrat. A Mulhouse, je ne pouvais pas trouver meilleur contexte pour reprendre. Je connais les lieux, l’entraîneur pour lequel j’ai à Bolzano, l’équipe dont je connais plusieurs joueuses et, entre ma sœur, mes parents et la mère de mon compagnon, j’ai plein de nom à Mulhouse ! »

Ton retour à Mulhouse est-il une voie de garage ou as-tu toujours l’ambition de te projeter sur une grosse échéance comme les Jeux Olympiques de 2024 à Paris ?

« En donnant naissance à ma fille, j’ai fait une parenthèse dans ma carrière sans jamais songer à m’arrêter. Je me sens bien physiquement. Alors, 2024 ce n’est pas loin… Et, les JO pourquoi pas ! Je n’ai pas mis de croix sur l’équipe de France et même sur la poursuite de ma carrière à l’étranger ! »

Tu retrouveras la compétition à la fin du mois sous les couleurs mulhousiennes. Te souviens-tu de ton dernier match ?

« J’étais en contrat avec Florence en Italie quand j’ai arrêté de jouer. Depuis, j’ai joué deux matches amicaux, face à Mougins, avec Le Cannet »

Le Partenaire

 

Lisa Ulmer de Regmatherm : « Elles ont la patate ! »

Patronne de Regmatherm, Lisa Ulmer assure la succession de son père à la tête de l’entreprise alsacienne créée en 1963 et spécialisée dans la vente de matériels de chauffage, la climatisation et les énergies renouvelables. Il y a cinq ans, par le biais de Pierre et Myriam Schlienger, partenaires emblématiques de l’ASPTTM sous l’enseigne Vinci / Urban Dumez, elle découvre les volleyeuses mulhousiennes et est séduite par le dynamisme car elle dégagent et le spectacle proposé au Palais des sports. « J’ai tout de suite à l’ambiance, raconte Lisa Ulmer. Ces filles-là se bougent… Elles ont la patate ! Elles donnent envie qu’on les soutienne. Et comme Regmatherm démarrait alors son développement sur le Haut-Rhin, nous sommes devenus naturellement partenaires ». Chez Regmatherm, on se vante d’allier la souplesse d’une entreprise familiale à la puissance d’achat d’un grand groupe grâce au groupement d’indépendants ALGOREL. Une philosophie que l’ASPTT Mulhouse partage en préservant la convivialité au sein de son association tout en affichant des ambitions européennes à l’image de sa qualification en Ligue des Champions. Regmatherm s’est pris au jeu avec l’ASPTTM, dans tous les sens du terme, si l’on en juge par la belle prestation de son équipe de collaborateurs au tournoi des partenaires. « Sincèrement, nous ne sommes pas très doués au volley, confie Lisa Ulmer. Mais, au contact des joueuses, nous avons passé un grand moment et, surtout, on s’est bien amusé ! »Et comme les filles de l’ASPTTM, qui ambitionnent un nouveau titre de championnes de France, Regmatherm avoue un objectif 2021 tout aussi ambitieux :« Accélérer encore son développement dans les énergies renouvelables ».


Les News

Léandra Olinga Andela va bien. Opérée le 6 janvier dernier par le Dr Christian Lutz à Strasbourg, Léandra Olinga Andela se remet de sa rupture des ligaments croisés. « Tout s’est bien passé ! » selon Magali Magail.

Tempête de neige. L’ASPTTM devait disputer, mardi dernier, un match amical à Epinal face à Nancy. En vain, suite aux chutes de neige et autres glissades de camions, les minibus sont restés bloqués près de cinq heures sur la quatre-voies lorraine à quelque 40 kilomètres d’Epinal. Nancéiennes et Mulhousiennes devraient se retrouver, toujours à Epinal, mardi prochain.

Distinction méritée. Dans le décret du 1er janvier, Magali Magail a été promu au rang de chevalier dans l’ordre national du mérite. Une distinction amplement méritée mais qui se doit d’être arrosée pour être validée !