Paris tenu et record obtenu !

Publié le

Une semaine après avoir décroché le titre de championne de France, l’ASPTT Mulhouse a battu Paris/Saint-Cloud en quatre sets pour faire le job et établir un nouveau record en obtenant sa 19e victoire consécutive en championnat. Du jamais vu !

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Le titre en poche, il a fallu s’offrir un nouveau challenge. Celui de la plus longue série victorieuse, établie lors de la saison 2018/2019, et celle en cours avant ce match ont été battues. Invaincues en championnat depuis le 8 décembre 2020, les Mulhousiennes totalisent désormais 19 succès consécutifs et visent le compte rond, mercredi prochain à 19h, en accueillant Istres. Un record pouvant en cacher un autre, les joueuses du président Daniel Braun ont également signé la manche la plus expéditive de leur saison en disposant des Parisiennes, dans le 3e set, sur un score sans appel : 25-7 (la précédente était le 25-8 du 3 avril 2021 face à Chamalières). Mais, si cette manche a été à sens unique avec des stats en rapport (17 attaques gagnantes pour 23 tentées, 2 blocks, 5 aces pour un déchet minime de deux fautes directes dont une au service), les trois autres sets ont donné lieu à une chaude bagarre.

Nul ne saura jamais si c’est le Taraflex aux couleurs tricolores qui aura suscité une certaine décontraction locale ou l’insolente réussite parisienne qui aura entraîné l’échec des Mulhousiennes dans la manche initiale. En revanche, ce qui est certain, c’est que l’ASPTTM a eu beaucoup de mal à écraser la balle dans le camp parisien (4 attaques gagnantes sur 18 tentées jusqu’à 7-15 et 11/34 pour l’ensemble du set 17-25) et qu’elle n’a pas brillé en réception pour accuser la supériorité d’un adversaire qui lutte pour son maintien au sein de l’élite.

La faculté de réagir est l’apanage des grandes équipes. En retournant la situation à son avantage, l’ASPTTM aura au moins prouvé qu’elle n’a pas volé son titre. Disputé jusqu’à 5-5, le 2e set a vite basculé en faveur des Mulhousiennes emmenées à la passe par Megan Viggars et avec Manon Jaegy promue libéro à temps plein. Georgia Lamprousi, tant au block (8-5) qu’en attaque (12-6, 13-6), symbolisait l’efficacité retrouvée de l’ASPTTM (20-10).

Dans la foulée de son point victorieux, pour conclure la balle du 2e set (25-17), Megan Viggars s’offrait une première série au service avec la complicité de Laetitia Moma Bassoko et Héléna Cazaute au filet (7-0). Cette dernière prenait le relais sur la balle d’engagement pour signer une série analogue (14-1). A 20-3, le set était plié avant la conclusion de Laetitia Moma Bassoko après une belle défense d’Andra Maria Artin (25-7).

Fidèle à ses habitudes, Ivana Vanjak régnait au filet pour placer l’ASPTTM en position de force dans le 4e set (10-5). Sauf que Paris s’est soudain mis à défendre sous l’impulsion de sa courageuse libéro, Auriane Biemel, et que Paula Boonstra concrétisait en attaque les sauvetages parisiens. Un 9-0 soldait le sursaut d’orgueil des Mariannes pour remettre en question la supériorité des championnes de France (10-14). Héléna Cazaute et Georgia Lamprousi remettaient les pendules à l’heure (15-15) avant qu’Ivana Vanjak (17-16, 18-17) et Tessa Polder au block (20-19) ne permettent à l’ASPTTM de prendre l’avantage. Un avantage de courte durée puisque Paula Boonstra accordait le sursis aux siennes (20-22). François Salvagni était bien inspiré à ce moment pour solliciter Madison Bugg au service. L’Américaine ne quittait plus l’engagement et Héléna Cazaute, exceptionnelle, marquait quatre points de suite (24-22) avant le block victorieux de la paire Viggars-Lamprousi (25-22) qui épargnait à l’ASPTTM un tie-break toujours aléatoire.

Mercredi prochain (à 19h), la venue d’Istres permettra de mettre un point final au championnat avant la Coupe de France du week-end prochain.

Article signé Christian Entz