Rendez-vous trinational pour l’ASPTT Mulhouse

Publié le

Depuis près de vingt ans les volleyeuses de l’ASPTT Mulhouse interviennent, cinq à six fois dans l’année, dans différents secteurs du département, pour animer des après-midis récréatives autour d’un filet de volley.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

A l’initiative de Didier Kieffer, qui a présidé la section amateurs de l’ASPTTM et qui assure la direction du Centre de formation, avec le précieux concours de la Collectivité Européenne d’Alsace (CEA), l’ASPTTM s’est exportée de l’autre côté du Rhin. C’est à Weil am Rhein, très précisément à la Markgrafenhalle, que l’effectif pro de l’ASPTT Mulhouse s’est déplacé pour un premier rendez-vous international qui a comblé 70 jeunes du secteur frontalier issus des clubs du VBCR Huningue, du VC Weil am Rhein, du VBG Efringen-Kirchen et d’Aesch Pfeffingen en Suisse.

« Avec l’ASPTT Mulhouse, la CEA (Collectivité Européenne d’Alsace), propose cinq rendez-vous dans l’année en club, en collège et le prochain, en mai à Illzach, à l’institut Le Phare au contact de personnes en situation de déficience auditive et visuelle », expliquent Pascale Schmidiger, vice-présidente de la CEA en charge du patrimoine alsacien, et Béatrice Olry en charge du sport. Avec deux joueuses allemandes au sein de l’effectif mulhousien, Pia Kästner et Kimberly Drewniok, l’ASPTTM avaient les personnes tout indiquées pour prêcher la bonne parole. Que ce soit à Huningue, où le président Erwann Guyomard s’est dit « enchanté par cette initiative et ravi que le VBCR ait été sollicité », ou à Weil am Rhein où la présidente Katarzyna Jakob avoue la fierté de son club cinquantenaire cette année « pour être au contact des championnes de France », l’ASPTTM a fait l’unanimité. Ce qui n’était pas pour déplaire au Président de l’ASPTTM-Volley, Daniel Braun, et des nombreuses personnalités présentes dont Volker Schiemenz, le président de la Ligue de Volley-Ball du Süd Baden, qui a la particularité d’avoir souvent arbitré l’ASPTT Mulhouse en Coupe d’Europe par le passé.

Article signé Christian Entz