Trop chat et pas assez tigre

Publié le

Ce dimanche au Cannet, l’ASPTT Mulhouse a perdu la manche initiale de la finale des play-offs qui se jouera au meilleur des cinq matches. Le Volero a été meilleur et a mérité sa victoire face à des Mulhousiennes trop consentantes. Unerevanche s’impose ce mardi (à 20h) !

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Les Mulhousiennes et leur staff, qui ont assisté la veille à l’exploit de Monza à Conegliano en finale du Scudetto, espérait bien réussir le même tour de force. Mais, contrairement à Conegliano qui a été trahi par sa star Egonu, Le Cannet a pu compter sur une Heidi Casanova survoltée. Créditée de 15 points en attaque, avec 50 % de réussite offensive et jamais contré par le block mulhousien, la Cubaine et dernière recrue du Cannet, rapatriée d’Ukraine en raison de la guerre, a été décisive.

Dans le premier set, après la belle entame mulhousienne (0-2), Heidi Casanova a pris les choses en main pour inverser la tendance (5-3) et contraindre l’ASPTTM à courir après le score. Jusqu’à 15-14, sur une attaque gagnante d’Anna Haakaux trois mètres, les joueuses de François Salvagni soutenaient la comparaison avec Le Cannet. Tessa Polder, qui a été championne de France avec l’ASPTTM la saison dernière, contribuait au break local (18-14) qui n’allait jamais être comblé (21-16, 23-19, 25-21).

La 2e manche était du même tonneau avec de nombreuses égalités jusqu’à 13-13. Une fois de plus, à 15-14, Le Cannet prenait l’affaire en main (18-14). Les Mulhousiennes n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer (19-16, 24-16, 25-17). Plus combatives dans le 3e set, les coéquipières de Léa Soldner et Pia Kästner s’accrochaient tant bien que mal (18-18, 19-19, 20-20). A 20-22, face à un Cannet subissant la pression, c’est une double faute alsacienne qui remettait le Volero en selle (22-22). Tessa Polder offrait la première balle de match aux Cannettanes (24-23). Silke Van Avermaet et Amanda Coneo en sauvaient deux (24-24, 25-25) avant le coup de grâce porté par la centrale serbe Maja Aleksic avec un block gagnant sur une attaque de Kimberly Drewniok (27-25).

« La différence s’est faite sur des détails, confiera François Salvagni. On perd encore trop de points sur des situations faciles et sur l’un ou l’autre mauvais choix. Le problème, c’est que pour battre une équipe aussi solide que Le Cannet, il faut que nous soyons à 100 % ».

« Ce qui est certain, c’est qu’on peut mieux faire promet la capitaine Léandra Olinga Andela. Nous avons des solutions. Le tout sera de les appliquer. Ce que nous n’avons pas su faire ce dimanche ». Le revanche de ce mardi en sera la meilleure occasion !

Article signé Christian Entz au Cannet