Un beau sursaut d’orgueil

Publié le

Trois jours après sa laborieuse prestation face à Evreux, l’ASPTT Mulhouse a remarquablement réagi, mardi soir au Palais des Sports Buttazzoni devant plus de 3000 spectateurs, en surclassant Marcq-en-Baroeul en trois sets secs (25-15, 25-21, 25-19). Et comme Nantes a été battu à domicile par Béziers (0-3 : 19-25, 19-25, 17-25), il suffit désormais aux Mulhousiennes de gagner une seule de leurs cinq dernières rencontres, sur n’importe quel score, pour être assurées, dans le pire des cas, de la 2e place avant d’aborder les play-offs.

ASPTT Mulhouse, club de volley-ball

Ce qui est certain, c’est qu’il n’y aura pas de « remontée de bretelles » ce mercredi matin au Palais. Pour la simple raison que les Mulhousiennes ont retrouvé un jeu conforme à leurs ambitions et à leur rang pour envoyer un message fort à la concurrence. Après avoir touché le fond face à Evreux, les coéquipières de Léandra Olinga Andela se sont fait souffler dans les bronches par le coach François Salvagni qui a eu le mérite de recadrer ses troupes à l’heure de la grand-messe du dimanche. Au vu de la belle prestation mulhousienne de ce mardi, face à Marcq-en-Baroeul, la bonne parole est passée.

Avec un secteur de jeu block-défense particulièrement efficace, à l’image du maigre capital offensif de l’internationale camerounaise Christelle Tchoudjang Nana (10 pts et 30 % de réussite en attaque), fer de lance de l’équipe de Marcq-en-Baroeul, les Mulhousiennes se sont assuré la maîtrise des débats. Et, avec une belle agressivité au service, une réception stable bien animée par Léa Soldner et une attaque retrouvée, à l’image des prestations de Kimberly Drewniok (18/31 en attaque) et des deux centrales Silke Van Avermaet (6/12) et Georgia Lamprousi (7/11), l’ASPTTM s’est grandement facilité la tâche.

Dans la manche initiale, l’ASPTTM a fait le break sous l’impulsion de Silke Van Avermaet d’abord en attaque (6-4 et 7-4) avant son passage au service (9-6, 14-6) pour conclure le set sur un ace d’Amanda Conéo (25-15). Dans la manchesuivante, c’est Pia Kästner qui a donné le ton d’entrée (4-0). A 11-7, les Nordistes, bien emmenées à la passe par Aziliz Divoux, ont tenté de réagir (12-12) avant l’enchainement de Kimberly Drewniok : attaque (13-12), block (14-12), balle placée (15-12). Sur le 4e point du set de la centrale colombienne Valerin Carabali de la Cruz, Marcq-en Baroeul a menacé l’ASPTTM (19-18) avant qu’Anna Haak en attaque (20-18) et Pia Kästner au service (21-18) ne relancent la dynamique locale (25-21). Au dernier set, les joueuses de Thibaut Gosselin ont fait illusion en menant dès l’entame (1-2, 2-4, 6-8, 9-11) grâce, notamment, au bras puissant de Maéva Orlé qui fut l’un des grands artisans du titre de championne de France de l’ASPTT Mulhouse en 2017. C’est à ce moment-là que Georgia Lamprousi (10-11, 13-11, 14-11) et Kimberly Drewniok (11-11, 12-11) se sont déployées au filet pour amorcer un 6-0 (15-11) fatal à Marcq-en-Baroeul. MVP du match, Kimberly Drewniok offrait la balle de match (24-19) et la victoire à l’ASPTTM (25-19).

Samedi prochain, l’ASPTT Mulhouse sera à Aix/Venelles tandis que Le Cannet accueillera Béziers. Autant dire que ce sera chaud dans le Sud !

Article signé Christian Entz

 

ASPTT MULHOUSE : 3
MARCQ-EN-BAROEUL : 0
Les sets : 25-15 (22′), 25- 21 (27′), 25-19 (25′). Temps total de jeu : 1h14. Arbitrage de MM. S. Vanderbeeken et J. Carquin. 3482 spectateurs. Palais des Sports Gilbert Buttazzoni.
ASPTTM : 55 attaques gagnantes sur 88 (54 %). Drewniok (16/32), Haak (16,/32), Coneo (8/20), Lamprousi 8/10), Van Avermaet (5/8), Kästner (2/3). 3 services gagnants (Kästner 2, Coneo 1). 3 blocks (Drewniok 1, Lamprousi 1, Kästner 1). 15 fautes directes dont 4 au service. Six de base : Kästner, Coneo Cardona, Haak (puis Jaegy), Drewniok, Lamprousi, Van Avermaet. Libéro : Soldner. Entraîneur : F. Salvagni.
Marcq  : 35 attaques gagnantes sur 102 (40 %). Orlé (9/29), Tchoudjang (9/28),  Carabali de la Cruz (7/15), Yllescas (4/7), Martina Martinez (3/9), Guerra Franco (2/2), Divoux (1/2). 2 services gagnants (Orlé 1, de la Cruz 1). 4 blocks (Yllescas 3, de la Cruz 1). 15 fautes directes dont 7 au service. Six de base : Divoux, Martinez, Tchoudjang, Orlé, Yllescas, Carabali de la Cruz. Libéro : Palacios. Entraîneur : T. Gosselin.